facebook linkedin youtube

Rencontre avec nos experts : Dr. Ilan Bijaoui, Directeur académique au Galilee Institute

Rencontre avec nos experts : Dr. Ilan Bijaoui, Directeur académique au Galilee Institute

Pouvez-vous vous présenter et dire quelques mots sur vos expériences professionnelles?
Au niveau académique j'enseigne à l'université de Bar Ilan dans les domaines du marketing, des affaires internationales et de la stratégie d'innovation.
Au niveau professionnel j'enseigne la réflexion entrepreneuriale, la réflexion innovatrice et la gestion de projets à GIMI et au centre de coopération internationale du Ministère des Affaires Etrangères israélien (Mashav).
J'ai formé à l'entrepreneuriat, aux affaires internationales et à l'innovation en Chine, au Népal, en Ouzbékistan, en Russie, en Côte d'Ivoire, au Nigéria, au Sud Soudan, au Cameroun, au Togo, au Benin et dans de nombreux autres pays.
J'ai aussi dirigé des projets de développement économique pour différents ministères en Israël ainsi que pour des institutions publiques et des entreprises privées dans différents pays africains.

Quelles sont les nouvelles tendances dans la gestion de projets?
La gestion de projets prend de plus en plus en considération le transfert de pouvoir et la prise de responsabilité à tous les niveaux en donnant à chacun la formation et les moyens nécessaires. De cette façon nous encourageons la curiosité et la créativité dont les ennemis sont la monotonie et l'ennui. Pour cela, doit être encouragée la coopération par la création d'un réseau de communication interne entre les employés et externe avec les sous-traitants et autres structures de support.


Quelle est la place de l’innovation dans la durabilité d’un projet?
L'innovation est partout. En médecine, en agriculture, dans les télécommunications, dans le domaine de l'énergie, pratiquement dans tous les domaines. Un projet a pour objectif de créer de la valeur pour tous les intervenants et surtout aussi pour le client qui peut être une institution, une entreprise, un patient ou un consommateur. L'innovation améliore la connaissance et renforce la compétence. Grâce à elle, on sauve plus de vies et crée plus de valeur et de meilleures conditions de vie. L'innovation renforce la compétitivité des entreprises. Sans elle, il est difficile de se confronter à une demande toujours plus exigeante et à une concurrence toujours plus virulente.

Innover veut dire améliorer la valeur créée grâce à des techniques plus avancées, des matériaux plus performants, des produits qui n'existent pas sur le marché local. Il ne s'agit pas d'inventer à nouveau la roue mais de savoir choisir de façon adéquate les technologies existantes sans renoncer aux coutumes locales de production et de consommation.

La noix de coco, au-delà de l'eau de coco, peut être transformée en crème, yaourt ou farine de coco et aussi en huile cosmétique.
La kola peut être utilisée comme un aphrodisiaque mais aussi pour soigner les angoisses ou pour couper la faim.
Le beurre de karité, le beurre de cacao, peuvent être transformés en produits cosmétiques.
Le moringa soigne la malnutrition des enfants mais aussi la malnutrition du bétail. Il peut aussi renforcer le système immunitaire des malades du sida.

Que va apporter notre programme de Développement durable et gestion de projets à nos participants?
Une réflexion entrepreneuriale et innovatrice ordonnée par des objectifs réalisables. La réflexion entrepreneuriale est fondée sur la curiosité et la créativité dans un domaine déterminé que les participants choisissent. La réflexion innovatrice est fondée sur quatre principes : questionner, toujours chercher à améliorer, observer l'attitude des futurs bénéficiaires, expérimenter et recueillir leur avis, élaborer un réseau d'idées et de consultation continue avec les futurs bénéficiaires, clients ou participants au processus de production. Prévoir l'avenir est fondamental pour pouvoir s'y préparer et s'y confronter.
Tout cela dans un cadre ordonné du logiciel MS Project.


Pour quelqu'un qui n'a que peu ou aucune expérience dans la gestion de projets, le module mis en place dans chaque programme de formation de GIMI est conçu pour renforcer de telles compétences. Comment abordez-vous ce sujet très vaste en 20 heures de cours et quelle méthode utilisez-vous?
En expliquant qu'un projet a tout d'abord une âme et ensuite un corps. L'âme c'est la valeur que nous voulons créer pour chacun des intervenants, de l'organisation ou l'entreprise, des participants à la production du produit ou du service, jusqu'au destinataire final, le client, le patient ou l'élève.
Le corps c'est le personnel, les équipements, les matériaux, le calendrier et les performances requises.
Ensuite par l'enseignement des principes qui permettent grâce à une réflexion entrepreneuriale et innovatrice de pouvoir générer à tout moment de nouvelles valeurs. Le côté dynamique et interactif des cours permet à chacun de contribuer à la création de nouvelles valeurs bénéficiant à tous les participants.
Apprendre à travailler en groupe sur chacun des projets est une expérience fondamentale pour assurer la compréhension que la réussite dépend de la coopération.


Quels sont les facteurs clés d’un projet durable?
Des objectifs réalisables. Se remettre en question à tout moment pour savoir si nous sommes dans la bonne direction. Coopérer et partager la valeur créée de façon équitable. Former à la réflexion entrepreneuriale et innovatrice. Former un ou des leaders selon les projets et les domaines de spécialisation. Chacun doit savoir que son travail est évalué et apprécié par la direction et que par conséquent il recevra de façon équitable sa part du gâteau. Tout doit être transparent afin que chacun ait confiance en la direction qui se doit d'être intègre.

Quels sont les défis aujourd’hui pour un directeur de projets ? Pensez-vous qu’ils sont les mêmes partout dans le monde?
Savoir évaluer la future évolution de son domaine au niveau technologique et au niveau des acteurs qui veulent bénéficier des valeurs créées qu'ils soient des patients, des consommateurs ou d'autres demandeurs. Ils sont différents car leur personnel et leur clientèle ont des attitudes différentes selon les cultures. Mais ils agissent sur la base des mêmes principes que définis au précédemment


Conclusion de Dr Bijaoui
L'économie d'un pays ne peut se développer que sur la base de la demande et de la production locale. Les exportations ne bénéficient qu'à une infime partie de la population. Le secteur informel et la multitude de petites et moyennes entreprises qui le constitue, représentent à la fois l'offre et la demande qui pourraient générer le développement économique.
Les forces vives du secteur formel comme les coopératives ou les entreprises de transformation ainsi que les institutions ont pour tâche de l'activer.

En participant à nos programmes vous serez capable de jouer ce rôle de générateur de valeur pour vous-même, pour votre institution et pour votre pays.

recherche de programme

Nous aimons nos diplômés